Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 20:35

Extrait d'un article du monde

L
a première étape des états généraux de l'organisation des soins, décidée par le ministère de la santé, a été engagée à Rennes, vendredi 25 janvier, avant une synthèse nationale le 8 février, en vue d'un projet de loi sur l'accès aux soins. Pierre-Jean Lancry, directeur santé de la Mutualité sociale agricole (MSA) et vice-président du Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance-maladie, explique les enjeux de ces rencontres.

 

if ( undefined !== MIA.Pub.OAS.events ) { MIA.Pub.OAS.events["pubOAS_middle"] = "pubOAS_middle"; }

Que peut-on attendre des états généraux sur l'organisation des soins, censés répondre au problème du manque de médecins dans certaines régions ?

La France n'a jamais compté autant de médecins, pas loin de 213 000 généralistes et spécialistes. Le problème n'est pas dans leur nombre mais dans leur mauvaise répartition. Certains territoires, zones rurales ou périurbaines, sont sous-dotées, voire désertifiées, quand d'autres sont surdotées. La question posée est donc : où doivent aller les médecins ? Mais aussi, quels soins doivent-ils dispenser ? Il faudra définir dans la loi ce qu'on entend par soins de premier recours, sur lesquels il n'y a pas de consensus. Pour nous, à la MSA, il s'agit de soins de proximité, exercés par les médecins généralistes et d'autres professionnels de santé, comme les infirmières, qui offrent une approche personnalisée et une continuité dans la prise en charge.

Le principe de libre installation des médecins doit-il être revu ?

La liberté d'installation a conduit à la répartition démographique actuelle. Mais je ne suis pas certain que cela marcherait mieux si on revenait sur ce principe. Le jour où vous imposerez aux médecins leur lieu d'installation, s'ils ne le veulent pas, ils abandonneront l'exercice libéral pour des emplois salariés dans l'administration, l'industrie pharmaceutique, ou exerceront comme remplaçant ailleurs, dans des zones surdotées par exemple.

Faut-il des mesures contraignantes ?

Ce n'est pas la bonne manière de poser le problème. Profitons de la crise pour faire preuve d'innovation. Il n'y a pas une, mais plusieurs solutions. Le travail isolé en médecine est une aberration. Il faut encourager le travail en groupe et pluridisciplinaire, par exemple, dans le cadre de maisons de santé, avec des transferts de compétences entre médecins et infirmières. Il faut aussi coordonner ces soins avec les hôpitaux locaux, développer des réseaux de prise en charge des patients, comme les réseaux gérontologiques.

Il faut aussi redonner le goût de la médecine générale aux étudiants, en leur faisant découvrir dès le début de leurs études l'intérêt de ces nouveaux modes d'exercice médical.

Doit-on planifier la mise en place de ces maisons de santé dans le cadre d'une nouvelle carte sanitaire ?

Non, car les solutions sont à adapter à chaque situation locale. Cela ne sert à rien d'installer un médecin dans un coin isolé avec peu de population, car il sera insatisfait de ses conditions d'exercice. Dans un tel cas, tentons plutôt la solution du transport des patients vers des zones où l'offre médicale est plus dense ou, pourquoi pas, des cabinets ambulants se rendant dans ces zones très isolées.
Propos recueillis par Michel Delberghe et Cécile Prieur
Repost 0
Published by quedeville
commenter cet article
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 20:43
Le débat sur la démographie médicale dans le contexte des Etats Généraux de l’Organisation de la
Santé (EGéOS) revient au goût du jour. C’est heureux, il était temps.
Les travaux avancent de façon significative avec bientôt la fin des auditions, constituant la phase
préparatoire de ces EGéOS obtenus au forceps par les jeunes médecins, lors du mouvement de grève
d’octobre dernier. Et soudain, certains se découvrent une légitimité sur ce sujet extrèmement
complexe.
Multirécidiviste, le Président de la CARMF, a récemment adressé à tous ses adhérents, c’est-à-dire,
tous les médecins de France, un courrier exhumant de l’inconscient collectif la foire aux mauvaises
idées dans ce domaine, ne faisant partie ni de ses compétences ni de ses prérogatives. On se croirait
revenu quelques mois en arrière, avec des propositions aussi incomplètes que désorganisées, et
surtout dangereuses in fine. Qu’on ne s’y trompe pas, il s’agit bien là aussi, pourtant, d’une nouvelle
« mesurette », pour retourner les propos à son auteur.
Mélangeant ce qui est du ressort de l’Assurance Maladie et de celui de l’Etat, ainsi que les bénéfices
attendus en termes de pensions retraite des cabinets ainsi revendus, le Dr Maudrux n’hésite pas à
additionner les carottes et les poireaux, y soustraire des choux fleurs pour sortir un lapin de son
chapeau.
Ce raisonnement pseudo-logique souffre également d’un élément dont on ne peut plus faire
abstraction : les attentes de la jeune génération de médecins qui n’a souvent rien à voir avec celles
de  leurs ainés. Et quand on dit cela, on ne parle pas de caprices des jeunes. On parle bien d’une
attente responsable d’organisation de leur part, et pas seulement des opérations financières...
De plus, d’un point de vue comptable le pari de l’installation arithmétique de 3000 jeunes médecins
remplaçant 3000 départs à la retraite paraît pour le moins loin d’être gagné tant la pénurie qui nous
attend en nombre absolu est inexorable. Il n’y a qu’à voir les flux sortant des études, notamment en
médecine générale, pour rendre l’équation insolvable... Et encore, s’il n’y avait que ce point là...
Et que répondre face à un discours qui fait l’apologie d’un conventionnement sélectif, au détriment
du système de santé solidaire, ce que les jeunes médecins ont farouchement désigné comme
l’encadrement législatif d’une médecine à deux vitesses ? 
Les jeunes médecins sont tout à fait ouverts à la concertation et aux débats constructifs, et
également prêts à prendre leurs responsabilités sous réserve que chacun des partenaires de la santé
le fasse aussi dans un intérêt collectif cohérent. Le but recherché par ce courrier adressé à tous les
médecins installés paraît franchement tout aussi obscur que déplacé.
 
 
Contacts presse :
Chloé MOULIN, Porte Parole de l’ANEMF, 06 74 83 79 95
Lionel MICHEL, Porte Parole de l’ISNAR-IMG, 06 73 07 52 85
Olivier VERAN, Porte Parole de l’ISNIH, 06 83 30 94 41
Fabien QUEDEVILLE, Président du SNJMG, 06 67 30 27 27
Raphaël GAILLARD, Président de l'INSCCA, 06 60 17 87 64
 
Repost 0
Published by quedeville - dans Communiqués de Presse
commenter cet article
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 14:18
A l'automne dernier, les futurs et jeunes médecins se sont mobilisés contre un projet du gouvernement de conventionnement à l'installation sous couvert de problèmes de démographie médicale.
 
Au delà de la disparition de ce projet dans la Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2008, le gouvernement a accèdé à la demande des futurs et jeunes médecins d'organiser des Etats Généraux non seulement de la démographie médicale mais plus largement de l'organisation de la Santé.
 
Aprés s'etre impliqué dans le mouvement de cet automne aux cotés des 4 autres organisations nationales de futurs et jeunes médecins, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) participe activement à ces Etats Généraux avec la production régulière de différentes propositions émanant des travaux passés et actuels de ses propres groupes de travail.
 
A l'occasion de la première réunion décentralisée des Etats Généraux, le SNJMG rappelle que son engagement dans le mouvement de cet automne était motivé aussi bien par les intérets des jeunes médecins généralistes que par ceux des patients.
 
C'est ainsi que son Assemblée Générale de Décembre 2007 s'est exprimée contre les franchises médicales, mesure économiquement incohérente (inefficace voire contre productive) et socialement dangereuse.
 
C'est pourquoi l'un des principaux axes des propositions du SNJMG sera le rejet des pénalisations financières des patients dans l'accès aux soins, avec notamment une demande de suppression des franchises médicales.

Repost 0
Published by quedeville - dans Communiqués de Presse
commenter cet article
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 10:04
LA LETTRE D'INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL DES JEUNES MEDECINS GENERALISTES (SNJMG)

Bonjour

Lors de sa conférence de presse mardi dernier, le Président de la République a réaffirmé son souhait d´aider les jeunes praticiens à s´installer dans les zones sous-médicalisées, en précisant : « Il faut qu´on arrête de voir les mêmes médecins s´installer dans les mêmes quartiers ». Faut il interpréter ces propos comme un soutien à des mesures incitatives à l'installation ou comme une suite à son discours du 18 septembre 2007 qui avait provoqué le mouvement de protestation des futurs et jeunes médecins ?
http://www.snjmg.org/infos/mobilisation_liberte_installation.html#18092007

Quoiqu'il en soit les Etats Généraux de l'Organisation de la Santé se préparent sur un rythme soutenu : 4 journées d'audiences la semaine dernière ! Malgré ce rythme éprouvant, le SNJMG reste complétement investi dans un processus destiné à redéfinir notre système de Santé. Mieux, le SNJMG a commencé à publier des communiqués de presse sur des sujets non directement visés par les Etats Généraux mais que le syndicat considére comme importants :
- Financement de l'Assurance Maladie
http://blog-snjmg.over-blog.com/article-15456376.html
- Remplacements en Médecine Générale
http://blog-snjmg.over-blog.com/article-15673157.html

Bien évidement, c'est à l'occasion de la tenue des Etats Généraux que le SNJMG fera connaître dans le détail l'ensemble de ses propositions sur l'organisation de la Santé. Mais vous pouvez déjà découvrir la base de ces propositions sur notre site Internet et même... donner votre avis sur celles ci (à condition de vous être inscrit - gratuitement - soit sur le module d'évaluation de stages hospitaliers pour les externes et les internes, soit sur le module de petites annonces pour les autres): vous pouvez ainsi participer indirectement aux Etats Généraux en vous exprimant vis à vis de cette version minimale des propositions du SNJMG !
http://www.snjmg.org/rempla/index.php?page=sondage

Pendant ce temps, le SNJMG poursuit son action de services et d'aide aux jeunes médecins généralistes (et aux autres aussi !). Ainsi, la CCAM technique a été modifiée le 27 décembre 2007 et dès le 31 décembre 2007, nous mettions à votre disposition les versions actualisées de nos outils de nomenclature en Médecine Générale et de gestion des honoraires en remplacement. N'hésitez pas à télécharger ces nouvelles versions : c'est toujours gratuit !
http://www.snjmg.org/infos/page_nomenclature/nomenclature_des_actes_medicaux_snjmg.html

Un dernier mot pour vous adresser tous nos voeux pour l'année 2008 : la santé bien sûr mais aussi beaucoup de bonheur !

Tous nos voeux également pour la Médecine Générale et un système de Santé solidaire : nous y travaillons !

Bonne année !
Repost 0
Published by quedeville - dans Communiqués de Presse
commenter cet article
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 18:18
Suite au mouvement des jeunes médecins de l'automne dernier dans le quel le SNJMG s'est totalement impliqué, le gouvernemnt a lancé le 30 novembre 2007 le processus des Etats Généraux de l'Organisation de la Santé (EGéOS) pour répondre notamment aux problèmes de démographie médicale.

Outre sa participation à ces Etats Généraux, le SNJMG a contacté le ministère de la santé pour aborder un sujet annexe à ces Etats Généraux : les médecins généralistes remplaçants.

Malgré les acquis obtenus par le SNJMG depuis 1992, les médecins généralistes remplaçants sont toujours en quête d'une totale reconnaissance.

Les médecins généralistes remplaçants, représentés par le SNJMG, demandent ainsi la reconnaissance de leur rôle dans le système de soins et une amélioration de leurs modes d'exercice.

C'est ainsi que le SNJMG propose :
- d'assouplir les conditions de remplacement tant en matière de modalités de remplacement (ex : durée et régularité) que sur les possibilités légales de remplacer (ex : prorogation des licences de remplacement des étudiants non thésés en fonction des aléas de maladie, accident du travail, maternité/paternité/adoption)
- de permettre officiellement aux remplaçants ne disposant pas de CPS personnelle d'utiliser celle du médecin remplacé comme ils le font depuis toujours avec les différents formulaires de Sécurité Sociale
- de rendre mieux proportionnelles aux revenus les différentes cotisations professionnelles et sociales qui s'imposent aux médecins (et qui actuellement défavorisent les médecins aux faibles revenus comme par exemple les médecins remplaçants en début d'activité et les jeunes installés)
- de mettre en place les mesures assurant une rémunération cohérente des médecins généralistes remplaçants participant volontairement à la Permanence des Soins
- de ne faire aucune distinction entre médecins remplaçants et installés dans le cadre de leur participation à la formation professionnelle conventionnelle (puisqu'il n'en existe aucune vis à vis des exigences de Formation Médicale Continue)
- de permettre à tous les remplaçants qui le souhaitent d'être électeurs et éligibles aux unions professionnelles de médecins dans les mêmes conditions que les médecins installés.

Toujours dans le même objectif de simplification et de souplesse d'exercice, le SNJMG demande que soit officiellement reconnue la possibilité de remplacer à tout médecin collaborateur à temps partiel. Ceci doit aller de pair avec une distinction claire entre les statuts de médecin remplaçant et de médecin collaborateur afin de ne pas mettre en péril l'un (en quête de reconnaissance) ou l'autre (tout juste naissant) des deux statuts.

NB : La LFSS 2008 prévoit le principe de taxation des Feuilles de Soins Papier (FSP). Le SNJMG demande au gouvernement de ne pas faire appliquer cette mesure ubuesque. En tous cas, il est hors de question pour le SNJMG que cette mesure s'applique aux remplaçants qui, rappelons le, ne bénéficient pas d'aide à la télétransmission...
Repost 0
Published by quedeville - dans Communiqués de Presse
commenter cet article
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 23:17
Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a pris connaissance du geste desespéré d'un patient atteint du sida en grève des soins contre les franchises médicales.

Bien évidemment, le SNJMG ne peut pas éthiquement soutenir un tel geste.
 
Toutefois, le SNJMG rappelle que par définition, les franchises médicales ne concernent que les patients, les autres personnes en sont exempté de facto. Ainsi, elles constituent une première brèche dans le principe de solidarité nationale.

Par ailleurs, leur objectif n'est toujours pas établi. Tantôt, elles sont présentées comme une mesure d'économie pour les comptes de l'Assurance Maladie (c'est pour ce motif que le Conseil Constitutionnel les a validé). Tantôt, elles sont présentées comme une nouvelle source de financement en vue de la prise en charge de la Maladie d'Alzheimer, du cancer et des soins palliatifs. Une chose est sûre : elles ne peuvent pas être les deux à la fois.

Notons que dans le cas d'une mesure d'économie, ces franchises n'ont aucune vertu pédagogique puisqu'il ne peut y avoir aucune "responsabilisation" immédiate des patients : du fait du tiers payant, les franchises ne seront pas appliquées sur le moment mais ultérieurement sur d'autres remboursements (à commencer par les remboursements de Médecine Générale).

Quoiqu'il en soit, et dans tous les cas, ces franchises ne sont pas économiquement "payantes". En effet, elles ne généreront que 850 millions d'euros par année pleine alors que la taxation des stocks options proposées par P.Seguin au nom de la Cour des Comptes en aurait généré environ 4 fois plus. Et, "last but not the least", cette somme de 850 millions d'euros est bien inférieure aux sommes perdues par la Sécurité sociale avec l'exonération de cotisation des heures supplémentaires instaurée au 1er octobre 2007 et que l'Etat devrait théoriquement compenser : le dispositif a coûté au moins 75   millions d'euros le premier mois...

Une fois de plus, le SNJMG appelle le président de la République à revenir sur cette décision et à instaurer un véritable débat sur le financement de la protection sociale.
Repost 0
Published by quedeville - dans Communiqués de Presse
commenter cet article
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 22:53
LA LETTRE D'INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL DES JEUNES MEDECINS GENERALISTES (SNJMG

Bonjour

Les sénateurs ont adopté la semaine dernière en première lecture le projet de budget de la Sécurité Sociale pour 2008.Comme les députés, ils ont validé l'article 33 modifié en fonction du protocole d'accord signé entre la ministre de la Santé et les 5 organisations nationales de futurs et jeunes médecins.
http://www.snjmg.org/infos/mobilisation_liberte_installation.html

A propos du mouvement de protestation d'octobre, le SNJMG lance une courte enquete de 4 questions sur la conduite du mouvement (par l'ensemble des organisations nationales de futurs et jeunes médecins et le SNJMG en particulier), le dénouement du conflit et les informations diffusées par le site snjmg.org. Tous les professionnels médicaux sont invités à participer à cette enquete, quel que soit leur statut : externes, internes, FFI, assistants, attachés, PH, remplaçants, médecins salariés, médecins installés... Il suffit d'etre inscrit soit auprès de notre module d'évaluation de stages d'internes, soit auprès de notre service gratuit de petites annonces...
http://www.snjmg.org/rempla/index.php?page=sondage

Toujours dans les suites du mouvement, le SNJMG a entamé, la semaine dernière, sa préparation des Etats Généraux de l'Offre de Soins. Le SNJMG invite tous les jeunes médecins généralistes qui souhaitent intervenir dans notre réflexion, à nous contacter à l'adresse : postmaster@snjmg.org
Il n'est jamais trop tard pour participer !

Outre le mouvement des futurs et jeunes médecins, le SNJMG s'est manifesté auprès du gouvernement pour contester d'autres points du PLFSS 2008. Nous sommes ainsi satisfaits que la taxation des médecins pour chaque feuille de soins "papier" produite soit finalement abandonnée. En revanche, nous condamnons:
- le système de stabilisateurs économiques qui, couplé à un ONDAM bas, va repousser une fois de plus l'instauration du C=CS et provoquer de nouveaux déremboursements,
- l'obligation de désignation d'un médecin traitant pour obtenir la CMU complémentaire, mesure qui stigmatise les populations les plus fragiles et aggrave les effets négatifs du système médecin traitant sur l'installation en Médecine Générale (un comble après le mouvement des futurs et jeunes médecins !)
- l'instauration de nouvelles franchises médicales, ce qui représente une brèche dans le principe de solidarité de l'Assurance Maladie et qui constitue pour le plan Alzheimer, une source de financement 4 fois moindre que la taxation des stocks options proposée par Philippe Seguin, au nom de la Cour des Comptes.
http://www.snjmg.org/infos/communiques_presse_2007.html#31102007

Une petite information pratique pour conclure : avec le mouvement des futurs et jeunes médecins, nous n'avons pas eu l'occasion de vous annoncer en septembre que nous avions mis à jour notre outil de nomenclature en Médecine Générale (NGAP/CCAM) à l'occasion de la mise en application de la dernière version en date de la CCAM. N'oubliez donc pas de télécharger gratuitement cet outil reconnu comme une référence en la matière (NB : notre outil de gestion des honoraires lors des remplacements a été mis à jour également...)
http://www.snjmg.org/infos/page_nomenclature/nomenclature_des_actes_medicaux_snjmg.html

A bientôt

NB : Nous cherchons également des témoignages d'Internes de Médecine Générale, récemment thésés, dans le cadre d'un reportage de presse écrite. Merci de nous contacter à l'adresse :  postmaster@snjmg.org
Repost 0
Published by quedeville - dans Lettres d'information
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 17:32
Un protocole d'accord a été signé lundi 29 octobre, entre la ministre de la Santé Mme Bachelot et les représentants des jeunes médecins.
Ainsi le mouvement de grève est suspendu.
Désormais, il va falloir se mettre au travail au sein des États Généraux de l'offre de soins, afin de faire des propositions concrètes et pragmatiques pour permettre un accès à des soins de qualité pour tout nos concitoyens, sur l'ensemble du territoire à la fois en soins de premiers recours et en soins de second recours.
Les débats ne devront pas se limiter à l'unique répartion des professionnels de Santé. Nous sommes plus ambitieux.
Il faudra une réflexion de fond sur la formation, sur l'installation et sur les conditions d'exercice.
Il faudra également une réflexion de fond, sur l'organisation du système de santé et sur le parcours de soins, pour aboutir à une définition des rôles de chacun des professionnels qu'ils soient hospitaliers ou libéraux, médicaux ou paramédicaux.

Ces réformes ne pourront se faire sans une revalorisation de la médecine générale et des futurs  médecins généralistes qui ont montré au cours de ce mouvement leur forte mobilisation et leur attachement à un système de soins solidaire.

Fabien Quédeville, président du SNJMG



Repost 0
Published by quedeville - dans Témoignages
commenter cet article
24 octobre 2007 3 24 /10 /octobre /2007 22:19
Les représentants des jeunes médecins et le ministère de la Santé, sont tombés d'accord ce jour, sur la rédaction d'un amendement qui sera déposé demain à l'Assemblée Nationale;
Si c'est amendement est voté, les mesures de déconventionnement ou de non conventionnement seront exclues. De plus pour favoriser une meilleure répartition des professionnels de Santé sur le territoire, les solutions incitatives seront favorisées.

Ces solutions seront étudiées lors des États Généraux de l'offre de soins, auxquels seront associés les jeunes médecins. Ces derniers valideront les mesures proposées.
Ce serait un fait historique, les jeunes médecins participeraient pour la première fois à l'avenir du système de soins.

Nous sommes en finale , il reste un point à marquer, le vote de cet amendement.
Après, il faudra tous se mettre au travail pour mettre en application nos propositions.


Repost 0
Published by quedeville - dans greve
commenter cet article
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 21:27
Les actions locales portent leur fruit.
La mobilisation mercredi dernier Place de la Concorde et à l'assemblée Nationale, a permis une rencontre entre les jeunes médecins rprésentés par l'ANEMF, l'ISNIH et le SNJMG  et le président de l'Assemblée Nationale, M. Accoyer.
Les deux parties sont tombées sur une chose : l'urgence sont les zones sous médicalisées.
Pourquoi alors prévoir des mesures uniquement sur les zones dites surmédicalisées ?

Il faut poursuivre la mobilisation.
Une grande manifestation nationale est prévue mercredi après midi à 14 h à Montparnasse.
Tous les citoyens sont appelés à venir défendre le système de soins.

Repost 0
Published by quedeville - dans Témoignages
commenter cet article

Presentation

  • : Le blog du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG)
  • Le blog du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG)
  • : Toute la communication externe du SNJMG (communiqués de presse, lettre d'information...) en mode interactif !
  • Contact

JEUNES-MG



L'agora Internet des jeunes médecins généralistes : Internes, FFI, praticiens contractuels, attachés ou assistants hospitaliers, chefs de clinique, remplaçants, collaborateurs, jeunes installés en "libéral" ou salariés...

Recherche

FACEBOOK

TOP BLOGS

Wikio - Top des blogs - Santé et bien être