Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 22:28
Trafics d'influences
Dans l'emission de France Inter, "La tête au carré", de ce jeudi 27 mars 2008, "IMPOSTURES ET VERITES SUR LES ALIMENTS",  Laurent Chevallier, Médecin nutritionniste au CHU de Montpellier, a dénoncé que toutes les conférences du dernier MEDEC consacrées à l'alimentation fussent sponsorisées par l'industrie agro alimentaire.

De son coté, le SNJMG rappelle que le MEDEC lui même est largement sponsorisé par l'industrie pharmaceutique...

Retrouver "La tête au carré" sur : http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/lateteaucarre/index.php?id=65289
Repost 0
Published by quedeville - dans Témoignages
commenter cet article
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 22:00
Bonjour

Samedi dernier, c'était la journée internationale des femmes. Le SNJMG est intervenu à cette occasion pour signaler que rien n'avait été fait en France pour les femmes médecins depuis la publication du décret n° 2006-644 du 1er juin 2006 assurant l'alignement de la couverture maternité des médecins conventionnées sur celle des médecins salariées.
Ce décret constitue la premiere réévaluation depuis la mise en place en 1995 d'une couverture maternité d'une certaine consistance pour les femmes médecins conventionnées. C'était alors le résultat d'un travail consensuel des syndicats médicaux au cours duquel le SNJMG avait obtenu l'extension de la couverture maternité aux médecins remplaçantes : avant le SNJMG, les remplaçantes n'avaient droit à aucune couverture maternité !
http://blog-snjmg.over-blog.com/article-17455374.html

Dans ce communiqué, le SNJMG rappelle qu'il considère la féminisation non comme un handicap pour la profession mais comme un salutaire révélateur des aspirations des nouvelles générations de médecins généralistes (hommes et femmes confondus). C'est le sens de tous les combats que le SNJMG a mené depuis sa création : revalorisation des statuts et des rémunérations des jeunes médecins à l'hôpital, repos de sécurité après les gardes, transformation des gardes ambulatoires obligatoires en mission de service public ouverte aux médecins volontaires...
Il n'est donc pas surprenant de les retrouver dans les propositions que le SNJMG a soumises aux Etats Généraux de l'Organisation de la Santé (EGéOS). C'est aussi l'une des raisons (avec l'attachement du SNJMG à un système de santé solidaire) qui expliquent que ces propositions dépassent largement le cadre de l'installation et de la démographie médicale...
http://www.snjmg.org/infos/EGeOS_2008.html#propositions_snjmg

A propos des Etats généraux , le SNJMG n'ignore pas que ce processus est concurrencé, voire parasité, par d'autres missions officielles comme par exemple le rapport Flajolet qui se dit favorable au volontariat pour la permanence des soins tout en demandant de pénaliser les non volontaires ! Aussi, avec les autres organisations nationales de futurs et de jeunes médecins, le SNJMG a t il demandé une audience conjointe au Président de la République pour qu'il rappelle la validation des conclusions des EGéOS par les jeunes médecins comme préalable sine qua non à tout débouché conventionnel ou législatif.
http://blog-snjmg.over-blog.com/article-17302256.html

En attendant de rencontrer le Président de la République, le SNJMG poursuit son action d'aides pratiques aux jeunes médecins généralistes (et aux moins jeunes) :
- une nouvelle version (3.5) de l'outil Excel du SNJMG pour la nomenclature en Médecine Générale est disponible gratuitement sur Internet. Elle facilite la recherche des actes grâce à une barre d'outils en haut de l'application...
http://www.snjmg.org/infos/page_nomenclature/nomenclature_des_actes_medicaux_snjmg.html

- une nouvelle version (7.0) du module d'évaluation de stages hospitaliers des Internes de Médecine Générale est également accessible gratuitement sur le site du SNJMG...
http://www.snjmg.org/stages/index.php

Enfin, le SNJMG-Toulouse s'associe à l'AIMG-MP pour l'organisation d'une soirée fiscalité le vendredi 28/03/08 à 20 heures à l'Hôpital La Grave de Toulouse. Les jeunes médecins généralistes de Midi Pyrénées (ou d'ailleurs) y sont conviés !
http://www.aimg-mp.com/modules.php?name=News&file=article&sid=307

A bientôt !
Repost 0
Published by quedeville - dans Lettres d'information
commenter cet article
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 00:07
Paris le 07/03/2007

Déjà majoritaires chez les étudiants en médecine et chez les médecins de moins de 35 ans (56%), les femmes dépasseront les hommes parmi les médecins en activité vers 2020 et représenteront 52% du corps médical en 2025.
 
A l'occasion de la journée des femmes, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) considère la féminisation de la profession non comme un problème mais comme un salutaire révélateur des changements sociologiques chez les médecins.
 
Les mentalités évoluent mais l'exercice en ambulatoire ne bouge pas beaucoup ! Le risque est donc d'autant plus grand d'une fuite croissante de l'exercice de la Médecine Générale par les jeunes générations de médecins généralistes ; les résultats des quatre premières sessions des épreuves classantes nationales anonymes (ECNA) ont déjà montré son actuel manque d'attractivité auprès des étudiants.
 
Aussi, le SNJMG continue d'agir pour que l'exercice médical en ambulatoire évolue de façon à ne pas rebuter les jeunes médecins et notamment les femmes.
 
Le SNJMG constate qu'il 'y a eu aucune amélioration pour les femmes médecins généralistes depuis le décret n° 2006-644 du 1er juin 2006 assurant l'alignement de la couverture maternité des médecins conventionnés sur celle des médecins salariés (décret publié en réponse à une revendication conjointe de MG-France, de l'ISNAR-IMG et du SNJMG).
 
Ainsi, sont restées lettre morte les autres revendications syndicales :
- la revalorisation des indemnités adoption et paternité et la prise en considération de ces situations (maternité, paternité, adoption) pour les choix de stages des internes en médecine générale
- la prorogation de la durée de validité des licences de remplacement en cas de maternité/paternité/adoption ou maladie/accident de travail.
 
A l'occasion des Etats Généraux de l'Organisation de la Santé, le SNJMG a renouvelé ces revendications au sein des propositions qu'il a formulées pour faire évoluer positivement les conditions d'exercice des médecins généralistes et notamment des femmes :
- redéfinition du métier de médecin généraliste
- valorisation de la carrière des médecins ayant choisi cette discipline
- amélioration du statut de médecin collaborateur libéral et la mise en application d'un statut salarié
- organisation d'une permanence des soins attractive sur la base d'un réel volontariat
- diversification des modes de rémunération et d'exercice des médecins des médecins généralistes
- possibilité de faire de la Formation Médicale Continue (FMC) sur son temps de travail sans être pénalisé par une perte de revenus
- création de mesures incitatives pour l'exercice en commun (exercice en groupe, travail en réseaux...)
- suppression de la précarité des jeunes médecins en centre de santé par l'embauche en CDI (et non en CDD de 6 ans) et revalorisation de la grille salariale de la fonction publique territoriale
 
C'est à l'aune de ces revendications que les jeunes médecins généralistes jugeront les décisions que prendra le gouvernement à l'issu des etats généraux.
Repost 0
Published by quedeville - dans Communiqués de Presse
commenter cet article
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 20:13
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

EGéOS : les jeunes médecins souhaitent rencontrer Nicolas SARKOZY


Le mouvement de grève du mois d’octobre dernier est déjà loin mais toujours bel
et bien présent dans les esprits. Nous, jeunes médecins, avons depuis travaillé
et présenté, par la voie des Etats généraux de l’organisation de la santé
(EGéOS), notre vision du système de soins de demain et nos réflexions sur sa
réorganisation.

Tenant compte des avis de chacun, autour de la table du groupe de concertation
permanent, nous n’avons pas hésité à apporter des propositions concrètes, ni fui
nos responsabilités face au problème de répartition des médecins sur le
territoire.

Un grand nombre d’arguments ont visiblement touché leur cible lors de cette
première phase des EGéOS, consacrée essentiellement à l’organisation des soins
de premiers recours, et de la médecine générale en particulier. Parmi eux,
l’importance d’une valorisation effective - et non pas incantatoire - de
l’exercice de la médecine générale est désormais admise de tous. Mais nous ne
nous limitons pas uniquement à ce champ-là, participant également aux réflexions
menées par la Commission LARCHER sur les missions de l’hôpital, qui nous a
d’ailleurs auditionnés récemment.

Au milieu du gué, il est donc essentiel, non pas de s’arrêter, mais bien de
s’assurer que chacun vise le même côté de la rive. Nous, structures syndicales
et associatives d’étudiants, internes et jeunes médecins, sommes plus que jamais
déterminées à saisir la chance que nous avons provoquée en réclamant avec force
le respect des débats et conclusions de ces Etats généraux.

Une loi de réforme de la santé pour l’été 2008 : oui, mais pas sans les jeunes.

De nombreuses réformes sont attendues pour l’automne prochain dans le domaine de
la santé, le Président de la République l’a promis. Nous avons donc demandé à
être reçus par Nicolas SARKOZY, pour clarifier les intentions de l’Elysée sur le
contenu de la loi. Nous attendons de cette demande une réponse positive du Chef
de l’Etat.

Le protocole d’accord ayant suspendu le mouvement de grève d’octobre dernier,
prévoit la validation des conclusions des EGéOS par les jeunes médecins comme
préalable sine qua non à un débouché conventionnel ou législatif. Nous
veillerons à ce que cette clause soit respectée, et à ce que le projet de loi
concorde avec les conclusions apportées par les EGéOS.

Conscients des enjeux majeurs qui se jouent pour la santé de nos concitoyens,
nous tenons à réaffirmer notre attachement à un système de soins efficient et
plus juste pour chacun, et entendons bien démontrer que notre implication, sans
précédent dans des Etats généraux, ne sera pas une aventure sans lendemain.


Contacts presse :
ANEMF : Charles MAZEAUD, Président, 06 77 66 94 78
ISNAR-IMG : Emmanuel GALLOT, Président, 06 73 07 53 01
ISNIH : Olivier VERAN, Porte Parole, 06 83 30 94 41
SNJMG : Fabien QUEDEVILLE, Président, 06 67 30 27 27

Repost 0
Published by quedeville - dans Communiqués de Presse
commenter cet article
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 21:33
Le collectif Formindep « pour une formation médicale indépendante au service des seuls professionnels de santé et des patients » a mis en ligne sur son site un nouvel exercice amusant dans lequel il décrypte un document de formation médicale continue sur le diabète, financé par Sanofi-Aventis, soutenu par la HAS, et diffusé dans le cadre de soirées de formation médicale continue (FMC) par un réseau-diabète national (l'Ancred).
Nous vous en conseillons fortement la lecture : http://www.formindep.org/spip.php?article154
Repost 0
Published by quedeville - dans Boite à idées
commenter cet article
16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 09:55
Communiqué de Presse , Paris le 15/02/2008

A l'occasion des Etats Généraux de l'Organisation de la Santé (EGéOS), Mme Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, s'est exprimée en faveur d'une revalorisation de la Médecine Générale et de la mise en place de mesures positives pour l'installation de médecins généralistes :
- définition de la discipline et de ses missions, inscrites dans le code de la Santé Publique,
- filière universitaire à l'égal de celles des autres spécialités (dès le deuxieme cycle),
- guichet unique régional d'information et d'aide à l'installation,
- développement des maisons pluri disciplinaires.

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG), qui a participé au mouvement des futurs et jeunes médecins de l'automne dernier et qui a été ensuite l'un des participants de référence des EGéOS, se félicite d'un tel engagement.

Désormais, les jeunes médecins généralistes attendent des actes.

Ainsi, le SNJMG demande que soient mises en place au plus vite des mesures positives concretes visant à :
- encourager les étudiants à choisir la spécialité de "Médecine Générale"
- faciliter l'installation des jeunes généralistes et renforcer l'offre de soins de premiers recours existante tout en rejetant les menaces de mesures coercitives           
- développer les statuts des collaborateurs libéraux et salariés
- donner un statut souple et ouvert au remplacement médical pour sécuriser et valoriser cet exercice, améliorer les remplacements.

De même, le SNJMG sera attentif au respect de ses revendications sur les modes d'exercice de la Médecine Générale comme par exemple la reconnaissance de la spécialité "Médecine Générale" dans l'exercice professionnel (avec notamment  l'égalité C=CS), le développement de modes de rémunération alternatifs et/ou complémentaires au paiement à l'acte ainsi que l'organisation d'un système de santé autour du médecin généraliste - médecin traitant.

Ces derniers mois, le SNJMG a fait la démonstration qu'en tant que porte parole des jeunes médecins généralistes, il était tout aussi capable de se mobiliser contre des mesures allant dans le mauvais sens que de proposer différentes mesures allant dans le bon sens. C'est ainsi qu'il restera un partenaire actif et vigilant des pouvoirs publics.
Repost 0
Published by quedeville - dans Communiqués de Presse
commenter cet article
12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 20:36
Par Raphaël Gaillard, Emmanuel Gallot, Charles Mazeaud, Fabien Quédeville, Olivier Véran et Christian Saout*

Des responsables d'organisations de chefs de clinique, d'internes, d'étudiants, de jeunes médecins et d'une association de patients signent ensemble une tribune libre dans le cadre des débats organisés lors de ces états généraux de l'organisation de la santé.
Des états généraux de l'organisation de la santé se déroulent en silence depuis plusieurs semaines. Le temps du débat s'ouvre maintenant. C'est bien le moins pour nos concitoyens qui rencontrent des difficultés dans l'accès aux soins et pour les futurs médecins qui hésitent à s'installer ou y renoncent. Qu'ont-ils à dire ensemble ?

Que le manque de médecins à venir est dû aux errances du passé : absence de prévision et numerus clausus sévère. Mais qu'il tient également à un manque d'attractivité de la médecine générale, car les jeunes médecins ne veulent plus exercer seuls. Ils aspirent à la pluridisciplinarité, l'échange confraternel quotidien et la coordination opérationnelle avec les autres professions de santé.

Faute d'y porter remède, le déficit d'installation s'étendra progressivement à tout le territoire français, dans les zones rurales comme dans les zones urbaines ou périurbaines aggravant les inégalités de répartition des médecins si aucune mesure constructive n'est prise rapidement.

La valorisation d'un métier.
Les jeunes médecins veulent une médecine débarrassée des tâches administratives qui encombrent un temps médical devenu si précieux. Ils attendent aussi d'exercer une médecine de qualité impliquée dans la prévention, le soin, l'orientation du patient et la promotion de la santé. Leur mouvement de protestation du mois d'octobre dernier allait en ce sens, et leur volonté d'améliorer le système malgré les contraintes démographiques a réussi le tour de force d'engager tous les acteurs de la santé dans une réflexion concertée sur l'organisation de la santé.

Quant aux patients, ils attendent une médecine « durable » : favorable à l'écoute de leurs attentes plutôt que prompte à mettre fin rapidement par une ordonnance à un entretien médical censé les instruire. Et permettant de coordonner autour de leurs difficultés les intervenants compétents, dans une prise en charge garantissant la permanence des soins de proximité sans que celle-ci incombe systématiquement aux urgences.

Comment répondre à toutes ces attentes, dans un contexte financier contraint… et malheureusement traité séparément ?

En valorisant un métier qui subit une crise de vocation dangereuse pour le système de soins, notamment en faisant découvrir aux jeunes étudiants l'exercice de la médecine générale au plus tôt, par des stages qui font défaut aujourd'hui.

En réorganisant le système de santé qui doit définir les rôles et les missions de chacun. Les généralistes doivent occuper la position décisive de médecins de premier recours, ouvrant vers la médecine de spécialité dont l'organisation doit également être débattue au sein des états généraux.

Les médecins qui sont à la recherche de solutions pour leur installation doivent bénéficier de la création d'un guichet unique concernant les aides à l'installation et disposer de structures d'accueil permettant un exercice plus motivant, compatible avec une vie personnelle et familiale épanouie, avec les standards de notre société.

Les patients, qui attendent plus de lisibilité, doivent être informés, de façon compréhensible, sur l'offre médicale de premier recours et sur la coordination des professionnels de santé autour de leurs besoins.

Faire évoluer le paiement à l'acte
.
En amont, nous ne pourrons pas faire l'économie d'une réflexion sur l'aménagement du territoire. L'Etat qui supprime de nombreux services publics de proximité ne peut demander aux médecins d'être les seuls survivants de la solidarité nationale, et encore moins faire des jeunes professionnels les victimes expiatoires de réformes que leurs aînés n'ont pas su, collectivement, mettre en oeuvre.

Enfin, le paiement à l'acte, critiqué parce qu'inflationniste, doit évoluer, laissant partiellement la place à des rémunérations au forfait selon certaines pathologies ou pour l'accomplissement de missions de service public. C'est dans ces conditions que la communauté médicale de premier recours, qui ne se résume pas aux jeunes médecins s'installant dans un contexte bien plus contraignant que celui connu par leurs aînés, pourra assumer la mission de solidarité qu'impliquent ses métiers. Et que les patients, craignant la remise en cause d'un système de santé solidaire, pourront continuer à le plébisciter, sans quoi ils s'éléveront eux aussi contre des contraintes inacceptables.

* Président de l'Intersyndicat national des chefs de clinique assistants, président de l'Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale, président de l'Association nationale des étudiants en médecine de France, président du Syndicat national des jeunes médecins généralistes, porte-parole de l'Intersyndicat national des internes des hôpitaux et président du Collectif interassociatif sur la santé.

Le Quotidien du Médecin du : 08/02/2008
Repost 0
Published by quedeville - dans Communiqués de Presse
commenter cet article
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 21:38
communiqué de presse ISNIH, ANEMF, ISNAR ET SNJMG


Après un mouvement fort des étudiants en médecine, des internes, et des jeunes médecins, l’automne dernier, ayant provoqué la conduite des Etats Généraux de l’organisation de la santé, nous voici arrivés à un moment crucial : celui des premières orientations livrées au débat public.
Les attentes sont fortes, pour les acteurs de santé désireux d’exercer au sein d’un système mieux organisé, et pour les patients qui revendiquent un accès aux soins sans faille. A n’en pas douter, le chantier amorcé est complexe, et la traduction dans les faits de la réelle volonté d’engagement des différents acteurs du système devra s’accorder le temps d’une concertation et d’une réflexion partagées, tout en sachant que le devoir de résultat est de mise.
À la veille de la séance publique des états généraux, concernant la phase 1 relative à l’accès aux soins médicaux de premiers recours, on peut se féliciter d’avoir pu réunir autour d’une table les différentes générations de médecins avec les patients, l’administration, et la société civile.
De cette concertation sont nées des orientations fortes :
- la nécessité de réorganiser le système de santé autour du médecin généraliste, médecin de premiers recours et de la prise en charge globale du patient.
- la nécessité d’une véritable formation à la médecine générale ambulatoire, dès le second cycle, dans le cadre d’une filière universitaire de médecine générale disposant de moyens humains et financiers adaptés.
- la nécessité de favoriser l’installation des jeunes médecins et de conforter l’offre existante en améliorant les conditions d’exercice, au moyen notamment de structures pluridisplinaires, mais également par une diversification des  modes de rémunérations.
Les étudiants et les jeunes médecins s’en  veulent les porteurs vivants, pour un système de soins performant, dans sa qualité, son accès, et son coût.
Les solutions les plus efficaces, donc les plus durables, ne passeront que par des mesures structurantes, globales et cohérentes répondant aux attentes partagées des professionnels et des patients, adaptées aux contraintes du système.
La tentation, face à un sujet aussi complexe et d‘une telle envergure, de mettre en place des solutions simplistes,  serait extrêmement préjudiciable pour l’avenir de la santé en France, que ce soit du point de vue de l’accès aux soins, du point de vue économique, et in fine en termes d’organisation.
A l’heure où la valorisation sous toutes ses formes de la médecine de premier recours doit venir encourager un certain nombre d’engagements professionnels, il faut se garder de recourir à des mesures désincitatives venant sanctionner par anticipation des acteurs motivés. La responsabilité est le premier mot d’ordre des étudiants et jeunes médecins : l’organisation de ces états généraux et notre implication forte en sont les meilleures traductions.


Repost 0
Published by quedeville
commenter cet article
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 22:53
M. Eric Woerth, ministre du budget,  s'en prend *  aux bénéficiaires d'un droit social :  la Couverture Maladie Universelle   complémentaire.
Celle-ci  permet aux assurés sociaux dont les revenus sont en dessous d'un seuil  ( 606 euros pour une personne seule ) d'avoir droit à une complémentaire santé gratuite. Elle est actuellement délivrée pour un an, après examen  par les Caisses d'Assurance maladie, des justificatifs  de ressources des demandeurs.
D'après  Monsieur Woerth, elle ne serait plus délivrée que pour trois mois, pour "effectuer un contrôle plus poussé  de  la réalité des ressources" des demandeurs, parce que celui qui vit dans la pauvreté est toujours suspect d'être un fraudeur.  Outre le fait que cette nouvelle attaque contre la C.M.U  stigmatise davantage les personnes vivant dans la pauvreté, elle est en contradiction avec la loi puisqu'un grand nombre de personnes sont bénéficiaires de droit à  la C.M.U par la perception du RMI.
Par ailleurs  sur les  6 millions de personnes  qui  rentreraient dans les critères exigés pour   bénéficier de  la CMU complémentaire ,  moins de 5 millions seulement   profitent  de ce droit : il y a donc  environ 1 million de personnes qui y  auraient droit  mais  qui de fait  n'en bénéficient pas  . « Contrôler » en choisissant de ne contrôler que ceux qui abuseraient du droit sans contrôler que tous ceux qui ont un droit l'exercent réellement c'est évidemment un choix.  
On sait que les fraudes à la CMU sont minimes et que cette nouvelle mesure, après la photo obligatoire sur la carte vitale va  augmenter les coûts de gestion et coûter bien plus cher que les bénéfices attendus. Mais, au delà  de cette sinistre comptabilité, la vraie question reste celle du comment vivre quand on a des ressources en deçà  du seuil de pauvreté.
Mettre en oeuvre cette nouvelle vexation aura des conséquences sur la santé de ces personnes. Tout le monde sait que le retard dans l'accès  aux soins aggrave les maladies. Cette mesure transforme l'accès aux droits sociaux en une confrontation avec les services instructeurs de cette prestation. Un grand nombre de bénéficiaires ( surtout les jeunes )  abandonnent cette quête des droits sociaux et s'enfonce dans l'exclusion.
Nous qui soignons ces personnes ne pouvons que nous opposer à cette nouvelle agression, nous ne pouvons nous taire, faire silence c'est accompagner l'injustice.

* Interview au  Figaro le  22 janvier

Association des Médecins Référents -  AmedRef
Comité des Médecins Généralistes  pour l'accès aux soins - CoMéGAS 
Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes- SNJMG
Syndicat National des Médecins de Centre de santé
Syndicat de la Médecine Générale - SMG
Union Syndicale de la Psychiatrie - USP
Repost 0
Published by quedeville
commenter cet article
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 13:44
Arrêts sur Images : 2 sujets sur la médecine
 
Le site Internet "Arrêt sur images" propose actuellement deux sujets sur la médecine :
Mourir pour une franchises ?

Emission vidéo avec Christian Lehmann, médecin généraliste et écrivain et Bruno Pascal Chevalier, sidéén, en "grève des soins".
Médecins médiatiques et labos : leurs liaisons resteront secrètes

Enquête de Sophie Gindensperger à partir de l'action du Formindep
 
Lien Internet : http://www.arretsurimages.net/index.php
Repost 0
Published by quedeville - dans Témoignages
commenter cet article

Presentation

  • : Le blog du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG)
  • Le blog du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG)
  • : Toute la communication externe du SNJMG (communiqués de presse, lettre d'information...) en mode interactif !
  • Contact

JEUNES-MG



L'agora Internet des jeunes médecins généralistes : Internes, FFI, praticiens contractuels, attachés ou assistants hospitaliers, chefs de clinique, remplaçants, collaborateurs, jeunes installés en "libéral" ou salariés...

Recherche

FACEBOOK

TOP BLOGS

Wikio - Top des blogs - Santé et bien être