Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 17:09

Alors qu'on déplore en France l'existence de déserts médicaux, des textes réglementaires passés par les gouvernements successifs depuis 2003 empêchent, pour des raisons purement administratives, des centaines de jeunes médecins de soutenir leur thèse de doctorat, pourtant indispensable à l'exercice de leur profession.

En effet, l'organisation des études médicales (1) impose un délai maximum de 6 années pour la validation du troisième cycle de Médecine Générale (stages, cours théoriques et thèse – thèse qu'il est souvent impossible de terminer pendant les stages d'internat, du fait d'horaires de services excessifs).

Au delà le médecin, qui fait alors fonction d'interne ou remplace en "médecine de ville", ne peut plus soutenir sa thèse (sauf dérogation) et est contraint de cesser d'exercer (suite à la perte de la licence de remplacement). Quant aux médecins liés aux réglementations d'avant les ECN (Epreuves Classantes Nationales), une date butoir de soutenance de thèse était fixée à fin 2012. Nombre d’entre eux n’ont pas pu la respecter.

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a été interpellé par plusieurs médecins dans cette situation dramatique : 9 ans d'études et de réelles compétences, mais sans diplôme, sans métier, et aucune possibilité de reconversion professionnelle!

Le SNJMG dénonce ce gâchis économique et (in)humain et exige du gouvernement en urgence une solution réglementaire afin de permettre à ces jeunes médecins de terminer et de valider leur formation.

Par ailleurs, nous invitons les Résidents, Internes et jeunes médecins victimes de cette ineptie administrative à se faire connaître auprès du SNJMG, qui se chargera de les représenter et de les défendre.

(1) : Décret n° 2004-67 du 16 janvier 2004

Auteurs : Conseil National et Bureau du SNJMG

Contacts Presse :

- Dr Marine CREST, Porte-Parole - 01 77 70 73 40 - info@snjmg.org

- Dr Théo COMBES, Président - 05 63 58 34 71 - president@snjmg.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Postmaster
commenter cet article

commentaires

postmaster 14/01/2014 19:51

Bonjour
Voici un point d'actualité sur ce dossier :
- Ainsi que nous l'avions annoncé, ce sujet a fait l'objet d'une discussion spécifique lors de l'AG du 14 décembre 2013 à Paris. Des membres du Bureau du SNJMG et les résidents/IMG concernés qui avaient répondu à l'invitation du syndicat ont constitué un groupe de suivi.
- Le 04 janvier 2014, le SNJMG a été reçu au ministère de la Santé. Grâce au travail du groupe de suivi, le SNJMG a remis au ministère un dossier sur le sujet (état des lieux et revendications)
- Ce jour, 14 janvier 2014, le SNJMG lance un recensement national pour compléter le dossier transmis au ministère de la Santé. Nous invitons toutes les victimes de cette situation à remplir au plus vite notre questionnaire en ligne : https://docs.google.com/forms/d/1HzGRJBkTC7N3cMLKaidy969NkLVIXCHZ6nd46AUAN5A/viewform
C'est à partir de ce questionnaire que nous assurerons le suivi de chaque personne...
A bientôt

Lala 16/11/2013 16:22

Moi je suis aussi à la fac de Creteil, j'ai eu une première fille en début d'internat une 2 è en fin et ai pris un congé parental. J'ai demandé à ma faculté un délai supplémentaire qu'ils m'ont refusé. Je ne comprends pas ce n'est pourtant pas pareil de faire son internat en ayant des enfants que sans? Et le travail demand par la fac de Creteil est en effet énorme.

MK 10/01/2014 12:56

Ma chère Lala,
La réponse de cette fac à ton problème terre-à-terre est que tu ne peux être qu'un médecin médiocre se tu ne te CONSACRES pas entièrement à ta PRODUCTION de travaux facultaires. Et que si tu étais "mieux organisée", tu pourrais produire encore plus que ce qui est demandé.
J'espère que tu as saisi que toi et moi ne sommes que des fourmis à écraser d'insultes et qui ne leur servent qu'à leur offrir 400E chacun par année d'inscription supplémentaire.

Eve 07/11/2013 19:13

Je rejoins baloo, ce que vous dites est très étrange et dénote soit d'une ignorance crasse de la procédure soit d'une volonté de choquer le citoyen...
NEANMOINS, j'ai été moi même dans la situation que vous essayer de décrire : stages validés, licence de remplacement arrivant à son terme et thèse non soutenue. Ce que vous oubliez de dire pour aller dans votre sens c'est que la soutenance de thèse ne permet pas à elle seule d'exercer la médecine puisque la soutenance d'un mémoire est obligatoire depuis plusieurs années maintenant et qu'il ne s'agit pas d'un détail dans certaines facultés. Pour ne pas citer celle de Créteil par exemple dont la mémoire de médecine est une épreuve titanesque de plusieurs centaines de pages.
Pour ma part, plus de 9 mois d'impossibilité d'exercer, donc 9 mois sans revenus malgré 10 ans d'études, 3 ans de remplacement.
Et ce problème a commencé il y a déjà près de 2ans, soit 6 ans après la 1 ère promo ECN... et même si la situation tend à se multiplier, malheureusement on est très très seul dans ces cas là.

MK 10/01/2014 13:00

Le SNJMG avait plus d'1 mois pour répondre à ces questions. Etant donné qu'elles ne semblent pas vous atteindre, j'en conclus que l'absence de réponse de votre part traduit votre impuissance à nous défendre. A moins que vous ne preniez 1 minute pour au moins nous rediriger vers un syndicat qui saura nous répondre?..

MK 15/11/2013 16:59

Merci Eve de votre témoignage et au postmaster de prendre "des situations comme la votre" au sérieux...mais avez-vous saisi l'urgence de sa situation (et de celle de plusieurs centaines d'IMG cristoliens) au point de faire un signalement des pratiques abusives (et uniques en France) de la Faculté de Médecine de Paris 12?
(Signalement à l'ARS + Ministère de l'enseignement supérieur...au moins)

Autre question vitale: si Eve ne touche pas les ASSEDIC, comment est-ce que le SNJMG peut l'orienter pour lui assurer les revenus minimaux mensuels dont tout ancien salarié a droit?

postmaster 07/11/2013 19:32

Bonjour
Le but de ce communiqué n'est pas de choquer le citoyen mais d'ouvrir la discussion pour trouver des solutions à des situations comme la votre.
Ce n'est pas la première fois que le SNJMG communique sur le sujet (voir nos prises de positions sur la licence de remplacement). Nous avons décidé d'y revenir à la demande de médecins nous ayant récemment contactés. C'est la moindre des choses car, comme vous le dites, "on est très très seul dans ces cas là"...

baloo 07/11/2013 17:52

Quoi ?? C'est n'importe quoi !! On est interdit d'exercice TEMPORAIREMENT jusqu'à avoir soutenu notre thèse, ca n'annule pas notre formation (encore heureux!). Vous faites un énorme contresens !

postmaster 07/11/2013 19:13

Bonjour
Effectivement, le médecin qui perd sa licence de remplacement est interdit d'exercice jusqu'à soutenance de la thèse mais... "La soutenance de cette thèse peut intervenir, au plus tôt, dès la validation du troisième semestre de formation et, au plus tard, trois années après la validation du troisième cycle des études médicales" (Décret n° 2004-67 du 16 janvier 2004).

Presentation

  • : Le blog du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG)
  • Le blog du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG)
  • : Toute la communication externe du SNJMG (communiqués de presse, lettre d'information...) en mode interactif !
  • Contact

JEUNES-MG



L'agora Internet des jeunes médecins généralistes : Internes, FFI, praticiens contractuels, attachés ou assistants hospitaliers, chefs de clinique, remplaçants, collaborateurs, jeunes installés en "libéral" ou salariés...

Recherche

FACEBOOK

TOP BLOGS

Wikio - Top des blogs - Santé et bien être